Le magazine bio
Accueil > Le bio dans tous ses états > Les flatulences des bovins, un danger pour notre environnement

Les flatulences des bovins, un danger pour notre environnement

Les industries, les voitures ou encore la déforestation, ne sont pas les seuls agents destructeurs de notre environnement. Les flatulences des bovins émettent une grande quantité de méthane dans l’atmosphère, un gaz à effet de serre très dangereux.

jeudi 11 novembre 2010

Flatulences des bovins, 18 % des émissions de gaz à effet de serre

Les déjections, les flatulences et les rots des bovins et des ovins contribuent au réchauffement climatique. Et dans un sens plus large, l’élevage tout entier y contribue. En effet, selon la FAO, l’élevage de bétail est responsable de l’émission de 18 % des gaz à effet de serre dans le monde. Les gaz en question émis par ce secteur sont le méthane et l’hémioxyde d’azote ; des gaz au potentiel réellement destructeur pour notre atmosphère. Le méthane a une action 23 fois plus intense sur l’effet de serre, comparé au CO². L’hémioxyde d’azote est lui, environ 300 fois plus intense. En réalité le méthane n’est pas un gaz polluant en soi ; car émis par les animaux, son émission dans l’atmosphère est un processus naturel.
Et le méthane émis est compensé par l’action de photosynthèse des végétaux. Le problème réside cependant dans la quantité émise. Selon toujours la FAO, l’activité mondiale de l’élevage devrait doubler entre 2001 et 2050. Et en 2050, l’élevage fournirait le tiers de l’émission des gaz à effet de serre ! Il faut savoir qu’une vache dans les pays développés produit 90 kg de méthane par an ; celle dans un pays en voie de développement en produit 35 kg. Et plus le nombre de bovins et ovins augmente, plus l’effet de serre sur notre planète est amplifié ; l’absorption de CO2 par la photosynthèse n’arrive pas à compenser.

Juguler l’émission de méthane des bovins

Et à long terme, le renvoi des rayons infrarouges sur terre par l’effet de serre, va dissocier la molécule d’ozone en d’autres éléments chimiques. Ce qui cause la disparition de notre couche d’ozone. C’est pour cela que les pets des bovins contribuent fortement à la destruction de la couche d’ozone. Le méthane émis par les bovins trouve sa source dans la digestion. Cette dernière est un processus mis en service par des micro-organismes présents dans le système digestif des bovins. Et si on veut arrêter cette émission de méthane, il faudrait contraindre le bovin à ne pas ruminer, ou à ruminer quelques fois seulement ; ce qui est tout simplement impossible.
Michael Kreuzer, un chercheur suisse a associé certaines plantes, tanin et graines de lin, dans l’alimentation des bovins, dans le but de stopper cette émission de méthane. Les résultats étaient positifs : l’émission de méthane était réduite de près de 40 %. De même, certaines études ont démontré qu’une alimentation moins fibreuse des bovins réduirait l’émission de 10 %. Récemment aussi, on parle de vaccin contre le méthane ; quelques pays sont à pied d’œuvre pour l’élaboration dudit vaccin. Mais il semble que la meilleure solution pour réduire l’émission de méthane par les bovins, réside dans leur alimentation.

agriculture biologique

Retrouvez les prochains salons Vivez Nature et imprimez vos invitations gratuites directement.

Voir toutes les dates des salons dans l'agenda

Salon Vivez Nature | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contact